Un retard d’avion de plus de deux heures vous donne droit à une indemnisation. En plus du rafraichissement gratuit, vous recevrez un dédommagement d’au moins 250 euros. Voici l’essentiel à savoir concernant l’indemnité en cas de retard ou d’annulation de vol.

Vos droits en matière d’indemnité lors du retard de l’appareil

Faute de savoir que faire, seuls 10% des passagers victimes de retard de vol font valoir leur droit. Pourtant la réglementation européenne tend en leur faveur. Pour tout déplacement de moins de 1500 km, un retard de l’appareil de plus de 2 heures vous donne droit à 250 euros. Si le trajet fait entre 1500 et 3500 km, l’indemnité sera de 400 euros. Pour les distances supérieures, vous toucherez 600 euros par passager.

Lors d’annulation du vol par la compagnie aérienne

Les indemnités pour le retard de vol tiennent toujours pour l’annulation. En plus de sommes précitées 250, 400 ou 600 euros, vous recevrez l’intégralité du prix de votre billet. Quoi qu’il en soit, il faut se présenter à l’aéroport et s’enregistrer. Les compagnies aériennes peuvent exiger cette condition. Les transporteurs peuvent aussi décliner toute responsabilité en cas d’aléas climatiques, de grève ou de problème technique. Bien qu’il ne paie pas l’indemnité, la compagnie aérienne vous doit une solution pour vous emmener à bon port.

Confier à un intermédiaire la demande d’indemnisation

L’expiration d’une indemnisation lors d’un retard ou annulation de vol est de 5 ans. Ainsi, vous pourrez toujours réclamer vos droits en vous adressant directement à la compagnie aérienne. Ayez en main les documents tels que le billet d’avion avec une preuve d’enregistrement. Le moyen le plus certain de toucher l’indemnité sera de confier la demande à un intermédiaire. Ce dernier touchera une partie de l’argent lorsque le transporteur vous indemnisera enfin. En cas de litige, un tribunal de proximité peut être saisi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *